Une nouvelle Commission Pêche Spécialisée en construction



Les messagers et pêcheurs du département 72

Nous venons vous informer qu’un collectif de passionnés de différentes techniques de pêche ( mouche , carnassier , float tube , coup , carpe, des techniques dites  » Anglaise » …), est en train de mettre en place une C.P.S ( Commission Pêche Spécialisée ) dans le département de la Sarthe (72) , un projet avec de nombreuses propositions sur différents sujets ( Parcours spécifiques , PDN , trafic ,Environnement , Incivilités , sécurités ,éducation et manifestations ) sera présenté au président de la fédération du département de la Sarthe , Mr Alain Dieu le 15 septembre 2014 .

CPS 72

Afin que sur du long terme les pratiquants de ces techniques puissent s’épanouir pleinement dans leurs passions , et que la pratique de la pêche reste toujours un plaisir ou l’on se sent bien en toute sérénité de jour comme de nuit , tout au long de l’année .

CPS 72

C’est avec le soutien de l’ U.N.C.L et sa cellule anti trafic la CATAC , aussi que divers acteurs du monde associatif (A.A.P.P.M.A , clubs et autres associations) ainsi que divers aides extérieures que nous travaillerons ensemble afin d’améliorer, valoriser et protéger notre passion , avec bien entendu notre fédération qui , nous le pensons sera satisfaite du travail effectué par cette Commission Pêche Spécialisée .


L’équipe C.P.S 72

Publicités

Une dernière bouteille à la mer ….

Voici la copie du dernier mail envoyé il y a quelques jours à tous les présidents des Fédérations de Pêche départementales, ainsi qu’à la FNPF qui nous a depuis répondu favorablement à notre demande d’entretien, une réunion entre la FNPF et l’UNCL CATAC aura lieu d’ici quelques semaines …..

Une bouteille à la mer

Une bouteille à la mer

.

A tous les Présidents de Fédérations Départementales,

Considérez la lettre que nous vous adressons comme une dernière bouteille jetée à la mer.
Depuis 2009, nous nous sommes regroupés pour lutter avec de faibles moyens contre le pillage : Des lacs, des rivières dont vous êtes d’une certaine manière les gestionnaires, mais aussi les protecteurs. Pour préserver nos poissons, nous avons tenté de sensibiliser le plus grand nombre à ce problème, pour qu’il soit connu.
Le pillage, le vol des poissons vivants arrachés au domaine public n’est pas un fait à prendre à la légère… A l’heure où nous parlons il alimente des trafics dont l’importance nous dépasse, et vous dépasse aussi. Pourquoi ne pouvez-vous pas prendre la mesure véritable du problème ? La réponse est courte, vous ne disposez pas de moyens humains et matériels vous permettant de visualiser la réalité du trafic, vous ne possédez pas non plus de moyens de lutte correspondant à l’ampleur du phénomène. Ce n’est pas un jugement de notre part, encore moins une critique ! Nous le constatons simplement et comprenons bien que parmi les dossiers qui arrivent sur vos bureaux, celui du trafic est peut-être le plus impalpable.
En utilisant au mieux les réseaux de communication, nous avons investigué et collecté une foule d’informations. Ce sont plusieurs dizaines de personnes qui ont œuvré à recueillir les témoignages et les preuves de centaines d’autres personnes, en réseau sur le territoire.

SOS UNCL

Quels autres choix nous restent-ils que la médiatisation pour révéler le problème du trafic. L’émission « Capital » diffusée sur M6 l’an passé avait contribué à mettre en lumière certaines pratiques des lacs privés, notamment leur disposition à acheter au marché noir les carpes provenant du public et à les faire transiter par des pisciculteurs professionnels. La chaîne détient encore des caméras cachées et nous sommes sollicités pour participer de nouveau à des émissions télévisées. La plupart des presses halieutiques viennent à nous en ce moment et nous diffusons de nombreux communiqués, preuves de trafic à l’appui. Mais nous n’avons pas l’intention d’en faire un métier !

Très clairement, l’intégralité de vos départements sont touchés à différents degrés (125 dossiers trafic à la CATAC), parfois nos dossiers sont très complets, parfois ce sont uniquement des retours d’informations convergentes qui nous parviennent. Nous avons travaillé des mois entiers, des nuits, pris énormément de temps sur nos vies familiales, sur nos finances, avons été harcelés et pris des risques pour lever des informations, mais nous ne pouvons aller plus loin dans le cadre d’un combat associatif. Les personnes qui se trouvent face à nous sont des trafiquants de poissons, mais les volumes financiers qu’ils engendrent sont comparables à ceux de la drogue ou des armes !

Sachez que certains trafiquants payent des gardes du corps pour qu’ils protègent leurs arrières au bord de l’eau, d’autres s’entourent de nombreux hommes de main pour organiser le trafic, notamment vers les étangs privés à vocation commerciale, en France, en Angleterre. Le tarif pour une carpe de 20 kg est en gros de 1500 euros (en France, davantage en UK …), sur des eaux à fort potentiel, des pêcheurs-trafiquants opèrent « full-time », ils pêchent quasiment 24h/24h à longueur d’année. Au final ce sont des dizaines, des centaines de milliers d’euros qui sont en jeu, et cela les individus impliqués dans le trafic le défendront avec violence. Nous ne pouvons aller au-delà de ce qui a déjà été accompli, vous le comprenez.

Trafic de carpes UNCL CATAC 22 500 euros

Cette razzia conduit à beaucoup d’endroits à une raréfaction de poissons trophées dans les eaux publiques, et l’une des conséquences directes que vous observez déjà dans vos départements respectifs est la désertion des pêcheurs. Dans le même temps nous avons dressé une liste (probablement incomplète) de 400 plans d’eaux privés à vocation commerciale, dont la plupart sont gavés de carpes énormes et surdensitaires qui sont réservés à l’année, en moyenne à 35 euros pour 24 heures. Les entreprises qui gèrent ces lacs sont bien souvent déclarées à l’emporte-pièce, quand elles le sont ! On y vend parfois de l’alcool, et toutes sortes de choses, appâts, nourriture, sans assujettissement à quelque taxe que ce soit. A se demander s’il existe une législation encadrant ces activités ? Voilà l’avenir de la Pêche en France ? Voilà ce qui va peu à peu remplacer le domaine public : Des étangs privés qui prospèrent en vidant le domaine public de ses plus beaux poissons? Est-ce la Pêche que vous souhaitez laisser à vos enfants?

Et que pouvons-nous faire ? Nous avons contacté toutes les instances touchant de près ou de loin notre problème, sans résultats, et bien souvent sans même d’intérêt pour le trafic. Parmi toutes nos sollicitations seuls 3 types d’organismes ont réagi : l’ONCFS de certains départements a apporté sa contribution active en opérant des planques, en prenant au sérieux les éléments portés à leur connaissance. A l’heure où nous parlons, des enquêtes de portée internationale sont en cours et nous espérons qu’elles aboutissent ; Le CEFAS (UK) qui réclame de son côté l’aide des services français pour lutter contre l’introduction illégale de poissons dans son pays ; Les Fédérations de Pêche départementales qui sont nombreuses à nous apporter leur soutien, et qui affirment leur volonté de lutter contre le trafic.
La vérité est qu’aucune autre entité ne prend ses responsabilités. Visiblement l’ONEMA ne dispose pas de moyens suffisants, la FNPF représentée par M. Roustan ne répond pas à nos appels à l’aide ! De très nombreuses marques, leurs dirigeants, leurs représentants, sont directement impliqués dans le trafic !
CELA DOIT CHANGER !

QUE FAIRE FACE AU TRAFIC DE CARPES_fin

Ce que nous demandons, et c’est la raison de cette lettre ouverte, c’est qu’une commission Anti-Trafic voie le jour au sein de la FNPF, intégrant toutes les instances nécessaires.
Vous, ensemble, avez les moyens de pression pour faire comprendre à nos dirigeants l’utilité, et l’urgence d’un regroupement de services, et d’un travail commun de lutte contre le trafic. Que chacun prenne ses responsabilités, celles pour lesquelles il a été élu ! Protégez nos poissons et notre avenir de pêcheurs d’eaux encore Libres.

Quelques liens à venir lire


https://lacatac.wordpress.com/2013/09/02/nous-demandons-la-creation-dune-commission-%E3%80%80trafic%E3%80%80-a-la-fnpf/


https://lacatac.wordpress.com/2013/08/23/propositions-de-nouvelles-reglementations-peche-par-luncl/

Halieutiquement,

L’Union Nationale des Carpistes Libres (UNCL)
Et la Cellule Anti Trafic des Associations Carpistes (CATAC)

Quand l’impossible devint possible …

Il y a maintenant presque 6 mois , un SOS était lancé par quelques pêcheurs désespérés de voir mourir l’ensemble du cheptel piscicole au cours de la vidange totale d’un petit lac de barrage, niché au creux des collines dans le département de la Loire.
En effet, comme aucune vérification ou travaux n’avaient été réalisés depuis une quarantaine d’années ( depuis sa création ) sur le mur soutenant les eaux, la municipalité s’est vue contrainte de faire le nécessaire pour la sécurité de tous. Malgré tous les efforts de l’AAPPMA gérant le site, aucun moyen n’avait pu être trouvé et un grand nombre de poissons courraient à une mort certaine.

Remise à l'eau sur le barrage de la Rive ! ...

Remise à l’eau sur le barrage de la Rive ! …

L’UNCL décida alors d’essayer de faire de son mieux pour apporter son soutien et sauver un maximum de poissons. Des vois s’élevèrent malgré tout, prédisant déjà un échec cuisant, jurant qu’il n’y avait plus rien à faire.

Tandis qu’elle engageait les discussions avec l’AAPPMA locale, la fédération de pêche de la Loire et la DDT, elle lança un appel aux personnes susceptibles d’apporter leur aide à une opération de sauvetage.

Communiqué 1

Attention sauvetage de carpes 2 UNCL

De nombreux pêcheurs ainsi que le club carpiste 42 répondirent positivement. Grâce au soutien de la FD et de l’AAPPMA de la truite du Gier un arrêté put être obtenu afin d’organiser une pêche de sauvetage à la ligne dans des conditions fixées par la préfecture ( limitation du nombre de pêcheurs, interdiction de navigation, limitation dans le temps ).

Communiqué 2 : Arrêté préfectoral

Ce sont donc 23 pêcheurs qui se succéderont au bord de l’eau, soutenus par des pêcheurs locaux, parfois ( souvent ? ) dans des conditions difficiles. La préfecture permettra même la prolongation pour quelques jours de la pêche de sauvetage.

Les pieds dans la boue afin de sauver le maximum de poissons

Les pieds dans la boue afin de sauver le maximum de poissons

Communiqué 3 : 23 pêcheurs pour un sauvetage

Communiqué 4 : Sauveteurs glacés

Grâce à l’investissement de tous ce sont plus d’une trentaine de carpes qui seront sauvées durant cette période. Un bilan bien maigre diront certains, mais au vu des conditions et du manque de temps, on ne peut nier le caractère positif de l’action menée.

Communiqué 6 : Quand le niveau monte

Communiqué 7 : La marathon de Soulage

Si le seuil critique est atteint et marque la fin du sauvetage à la ligne, cela ne marquera pas la fin du sauvetage des poissons.
En effet, ragaillardis par le fait d’avoir réussi à faire bouger les choses, l’AAPPMA, la fédération de pêche de la Loire et les pêcheurs locaux soutenus par l’UNCL continueront à faire le forcing pour obtenir ce qui semblait impensable au début de toute cette affaire: une pêche de sauvetage au filet ou électrique en fin de vidange.

Gérard Valluy (Président de l'AAPPMA) et Fabrice Romano (membre actif de l'UNCL), avec l'un des silures sauvés et relâchés sur la Loire à Andrézieux

Gérard Valluy (Président de l’AAPPMA) et Fabrice Romano (membre actif de l’UNCL), avec l’un des silures sauvés et relâchés sur la Loire à Andrézieux

Ils finiront pas obtenir gain de cause auprès de la mairie qui autorisera 2 pêches électriques dans le restant d’eau. Dans des conditions d’accès difficiles dues à la configuration du lac, il réussiront toutefois à mettre un bateau à l’eau et utiliseront des quads avec remorque ( ceux des pêcheurs locaux ) pour transporter les poissons. La quinzaine de pêcheurs mêlant membres de la FD, de l’AAPPMA et pêcheurs locaux sauveront ainsi au cours de ces 2 matinées plus d’une tonne de poissons; une centaine de carpes mais aussi brochets, sandres et silures dont la majorité des poissons trophées du lieu… Les poissons blancs quant à eux arriveront à passer les vannes de vidange ( la mairie ayant fait enlever les grilles les obstruant ). Il s’agit là d’un vrai succès… Bravo à eux.

Bravo à tous pour cette mobilisation, et longue vie à tous ces poissons ! ...

Bravo à tous pour cette mobilisation, et longue vie à tous ces poissons ! …

A l’heure du bilan, bien sûr des critiques doivent être faites afin d’éviter de répéter les erreurs qui auraient pu être commises, mais nous pouvons surtout nous réjouir de voir tous ces poissons sauvés d’une mort certaine et nageant toujours dans des eaux publiques… Au travers de cette action et durant toute la pêche de sauvetage, les pêcheurs ( les “carpistes” ) ont su démontrer leur volonté de s’investir dans la protection du milieu aquatique et leurs terrains de jeu, au-delà des critiques qui qui peuvent leur être faites,. La preuve est là qu’en travaillant ensemble; institutions, associations et pêcheurs nous sommes tous capables de grandes choses, voir de réaliser l’impossible…

Pétition pour une Pêche de Nuit Raisonnée

L’Union Nationale des Carpistes Libres (UNCL) vous invite à venir signer cette pétition, afin de demander une ouverture en masse de la pêche de nuit en France sur le domaine public de seconde catégorie, de façon raisonnée et réfléchie.

Voici le lien : Pétition pour une Pêche de Nuit Raisonnée

Pétition pour une Pêche de Nuit Raisonnée

Pétition pour une Pêche de Nuit Raisonnée

Cette pétition sera ensuite donnée, avec le soutien d’autres associations, à Mr Roustan, président de la Fédération Nationale pour la Pêche en France.

L’UNCL propose 4 axes principaux (ICI) et de nombreux arguments, dont l’axe de la Pêche de Nuit Raisonnée, afin de faire évoluer notre passion.

La pêche de la carpe est un art de vivre, de jour comme de nuit…..

Dernière ligne droite sur Soulage….

Depuis maintenant presque un mois les pêcheurs se succèdent sur le barrage de Soulage afin de sauver un maximum de poisson d’une mort quasi-certaine.

Remise à l'eau sur le barrage de Soulage UNCL

Malgré des conditions difficiles – températures de l’eau et de l’air assez basses, variations de niveau, pluies régulières, interdiction d’utilisation du bateau qui limite les postes possibles– les 23 sauveteurs font preuves de persévérance et pugnacité pour arriver à leur fin… Mettre en sécurité dans des eaux préservées le plus possible de ces dames qui les poussent à fréquenter assidument les berges des plans d’eau et rivières de notre domaine publique.

Commune qui nage maintenant sur le barrage de la Rive

Commune qui nage maintenant sur le barrage de la Rive

A ce jour ce sont plus de 25 carpes qui ont été sauvées et qui ont retrouvé leur liberté sur le barrage de la Rive, pour des poids raisonnable allant de 3,5 kg à 19 kilos. De plus les pluies abondantes des dernières heures ont remonté le niveau de 4 mètres….

Miroir sauvage aux couleurs sauvages

Malgré ce bilan en demi-teinte, les pêcheurs méritants ne baissent pas les bras. Le sauvetage, qui aurait dû prendre fin le 13 mai – en même temps que la fermeture du barrage aux pêcheurs – , se poursuit actuellement grâce notamment à l’investissement de Mr Valluy, président de l’ AAPPMA en collaboration avec l’ UNCL et la fédération de pêche de la Loire qui ont pu obtenir une prolongation de l’arrêté. Seuls les sauveteurs inscrits sont maintenant autorisés à tremper les fils et ils espèrent encore pouvoir capturer quelques carpes.

La prolongation de l’arrêté préfectoral pour les 23 sauveteurs, c’est ici : http://uncl.wifeo.com/documents/Prolongation-arrt-prfectoral.pdf

Sauvetage des carpes UNCL CATAC

Tandis que les messages de soutien affluent sur le net, l’ UNCL, La Fédération de pêche de la Loire, l’ AAPPMA de la Truite du Gier et les pêcheurs locaux encouragent les sauveteurs à intensifier leurs efforts dans la dernière ligne droite avant qu’il ne soit trop tard…

Cliché paris par l'un des gardes, une carpe sauvée dans les bras de Laurent

BON COURAGE A EUX…

Identification d’une carpe

Les recommandations qui suivent ne se veulent pas orientées vers des qualités artistiques, quoique cela ne puisse pas nuire. La CATAC a besoin de « standards » pour améliorer la précision son travail d’identification, en effet on compare d’autant plus nettement ce qui est comparable. Notre intérêt est que les poissons soient pris en photo selon les mêmes méthodes, partout en France.

Dans l’intérêt de la lutte que nous menons ensemble nous ne pouvons développer vers l’extérieur aucune de nos
méthodes, mais ce pôle de travail est une voie d’action tout à fait centrale pour la Cellule Anti Trafic.

Prendre une carpe en photo est facile, il suffit de respecter quelques règles simples :

– La carpe doit être tenue droite (pas la tête vers le haut ou l’inverse) et à plat face à l’objectif.

– Présenter la carpe à hauteur de l’objectif, c’est toujours au photographe de se baisser.

– Ne pas tendre les bras ni chercher à faire de la perspective.

– Il est très important d’éviter les effets de contre-jours (pas de soleil derrière le pêcheur), les ombres portées (attention à l’ombre des arbres) et les reflets du soleil sur le poisson (pas de soleil derrière le photographe). Le soleil rasant du matin comme celui du soir doit donc être évité.

– Le flash peut être utilisé, n’hésitez pas à prendre des clichés avec et sans flash. Cependant les photos prises de nuit sont déconseillées car l’éclair lumineux provoqué sur le flanc du poisson nuit à l’identification.

– Les mains et doigts peuvent être visibles, au contraire, ils permettent toujours de se donner une idée du gabarit du poisson.

– Prenez de nombreux clichés de chaque côté du poisson, 3 est un minimum.

Très bon cliché. Malgré un soleil franc, la position de 3/4 par rapport à celui-ci ne crée pas de défaut sur l'écaillure du poisson, pas d'éclair lumineux. La position du poisson est parfaite

Très bon cliché. Malgré un soleil franc, la position de 3/4 par rapport à celui-ci ne crée pas de défaut sur l’écaillure du poisson, pas d’éclair lumineux. La position du poisson est parfaite

Le poisson est mal orienté par rapport à l’objectif, ce qui crée une perspective trompeuse

Le poisson est mal orienté par rapport à l’objectif, ce qui crée une perspective trompeuse

Le photographe est mal positionné, trop bas par rapport au poisson. La partie ventrale est mise en avant au déficit de la partie dorsale

Le photographe est mal positionné, trop bas par rapport au poisson. La partie ventrale est mise en avant au déficit de la partie dorsale

Mauvaise photo, le poisson est pris de biais et le soleil rasant crée un reflet lumineux sur le flanc

Mauvaise photo, le poisson est pris de biais et le soleil rasant crée un reflet lumineux sur le flanc

Photo incorrecte: La nuit le flash provoque un éclair lumineux sur le flanc du poisson, ceci n'empêche pas une reconnaissance mais nuit à la perfection de l'identification

Photo incorrecte: La nuit le flash provoque un éclair lumineux sur le flanc du poisson, ceci n’empêche pas une reconnaissance mais nuit à la perfection de l’identification

Mauvais cliché : Le reflet parasite est à éviter.

Mauvais cliché : Le reflet parasite est à éviter.

Photo correcte : L'image est nette, le poisson est bien à plat sans reflets parasites, à hauteur de l'objectif

Photo correcte : L’image est nette, le poisson est bien à plat sans reflets parasites, à hauteur de l’objectif

Le marathon de Soulage ….

Mardi 8h du mat, j’arrive dans la vallée du barrage de Soulage, le temps est pluvieux et le brouillard omniprésent, la mission débute.

Barrage de Soulage UNCL

Malgré les caprices de Dame nature, je décide de partir en reconnaissance des lieux. Je gare ma voiture en fin de barrage et commence à passer en « mode repérage », premier contact, le niveau est monté , l’eau recouvre les chemins et les sentiers coulent à torrent, c’est tout simplement le déluge ici. Au détour d’un chemin j’aperçois un « brolly », je m’approche et fais alors connaissance de M@tt, celui-ci m’explique qu’il a une carpe au sac et qu’il a failli se réveiller en mode sub, sous l’eau si vous préférez! Après de longues minutes de discussion je décide de continuer ma première mission, enfin mon repérage !!!

mar2

La partie côté route étant terminée, je décide d’aller à la découverte de l’autre rive et gare donc mon véhicule au barrage.

Barrage de Soulage UNCL CATAC carpes

Celui-ci commence à déborder, je pars donc à la découverte de cette rive et fait le détour d’un petit ruisseau qui m’interpelle.

Je découvre une petite plage rocheuse qui offre plein de possibilités , pêche en bordure voire au large, le choix est vaste …

Le Gier UNCL

Après de longs et fastidieux allés/retours avec le chariot, je m’installe toujours sous la pluie et commence enfin ma pêche !!! Après sondage du poste, j’opte pour trois cannes en bordure et une tête chercheuse.
La première nuit se passe sans la moindre touche, au petit matin alors que je déguste un café qui réchauffe bien j’aperçois au loin sur le sentier une personne approchant et qui me prend en photo , mais qui est-ce donc, un touriste ?

Vue du barrage de Soulage par l'UNCL

Après quelques minutes d’attente je fais la connaissance avec cette personne qui n’est autre que Mr Valluy, président de l’AAPPMA de la Truite du Gier et qui vient me souhaiter la bienvenue ainsi que me remercier pour ma participation à ce sauvetage, qui pour lui est un grand pas en avant!! L’après midi débute tranquillement et Bruno arrive à son tour. Après un long tour des lieux, il décide de se poser à mes cotés. Il met en place sa stratégie et par la même occasion nous faisons connaissance!! La nuit tombe et nous allons nous coucher sous la pluie.

Orgae sur Soulage UNCl CATAC Pêche de la carpe

Alors que nous étions dans les bras de Morphée, nous sommes réveillés par le son d’un de mes détecteurs !!! Alors que je saisi la canne pour ferrer je me rends compte que mon fil est pris dans un tas de débris flottants devant mes scions à cause des mouvements d’eau. Le fil se décoince et commence enfin le combat! Alors que le poisson arrive sur notre bordure, elle s’emmêle dans une autre canne et au moment ou je souhaite l’amené à l’épuisette, le poisson se décroche d’un coup à quelques centimètres.

NON !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je retourne alors me coucher complétement dépité, Bruno qui tenait l’épuisette était tout simplement fou, à bout de bras il voyait ce poisson repartir tranquillement en nous narguant, peut être pour aller à l’abattoir !!!
Le soleil se lève et une belle journée s’annonce. Nous faisons alors connaissance tout au long de la journée de nombreuses personnes, dont certaines curieuses de voir nos « campements » et d’autres surprises d’apprendre ce qui va arriver prochainement à ce magnifique lieu. Mais nous avons aussi vu et discuter avec d’autres sauveteurs et des personnes de la Fédération de Pêche de la Loire. Tout ceci fût de très courte durée, un orage en avait décidé autrement!
Quelques temps plus tard, nous profitons d’une éclaircie afin de repositionner nos lignes et partageons un repas convivial avant d’aller rejoindre nos duvets chauds.
Une nouvelle fois, en pleine nuit un bruit sonore très apprécié de mes oreilles retentit à nouveau dans la vallée du Gier et cette fois-ci tout se déroule à merveille et se solde dans l’épuisette par l’arrivée une jolie miroir de 11.6 kg qui va pouvoir vivre plus longtemps que ces confrères résidant encore dans ce barrage.

Carpe sauvée de Soulage

Le matin suivant alors que nous sommes en pleine séance photos, les gardes nous appellent afin de savoir si nous avions pris quelques choses. De là commence un véritable marathon, emmener la carpe à travers un long sentier sur environ 1 km tout en prenant le plus grand soin de celle-ci afin que les gardes puissent la remettre sur le barrage de la Rive, et certains osent dire que notre passion n’est pas un sport !!!

Mr Valluy, président de l'AAPPMA de la Truite du Gier, qui vient apporter son soutien

Mr Valluy, président de l’AAPPMA de la Truite du Gier, qui vient apporter son soutien

La journée se termine sereinement et l’heure du départ sonne pour Bruno, et une ultime nuit pour moi. Celle-ci se passe et rien ne viendra la perturber et c’est avec une certaine « amertume » de ne pas avoir atteint mon but que j’entamai le rangement de mon matériel avant de faire un dernier tour du barrage et par la même occasion aller à la rencontre des derniers arrivés!!

Vue du barrage de Soulage UNCL

Le mot de la fin, je suis très heureux d’avoir participé à cette mobilisation que je trouve sincèrement géniale !! Accompagné de gens tous aussi sympas les uns que les autres, motivés par notre passion commune qu’est la carpe et la pêche en général, mais aussi un grand respect de cette nature et de ses habitants. Pi un p’tit clin d’œil à la loutre qui devrait se reconnaitre « hein Bruno ».

Barrage de Soulage UNCL

Merci à tous et longue vie à l’UNCL

Alias Sylvain Tomio

Quand le niveau….. monte !!!

Tout ce qui est petit est mignon, cela se confirme pour ce Lac de Barrage…

Arrivé sur les lieux lundi dernier peu après 6h, je contemple les eaux sous une petite brume, c’est beau c’est calme.

Je prends le temps de longer la berge côté route m’étant résigné à celle opposée qui pourtant est forte attrayante.

Je jette mon dévolu sur un petit poste bien sympa dans le fond du lac au pied du pont immergé.

UNCL CATAC

Le temps est menaçant, il pleut par intermittence et ça caille !!

Vers 11H, ça pêche.. L’activité est au ralenti, seuls quelques chasses et petits blancs trahiront la présence de poissons.

J’aurai la visite de Fabrice et du Suisse, toujours sympa de taper un brin de causette…
La journée passe, il flotte, le temps est vraiment pourri, l’eau monte à un point que je devrai me caler plus haut non sans regret à la vue du niveau le lendemain matin..

Le niveau monte !!!

Le niveau monte !!!

Bref, les conditions ne sont pas top surtout avec une eau qui peine à atteindre les 11C° mais tout vient à point qui sait attendre et vers 20H30 le sifflement tant attendu arrive.
C’est dans le triangle, une belle petite miroir, objectif atteint : 1 de plus

UNCL Carpe
UNCL CATAC

La nuit sera calme et humide et il en sera de même jusqu’à mon départ le lendemain après midi après le passage de Fabrice (merci pour les photos) et Sylvain plus tôt dans la matinée.

Le poisson regagnera dans la foulée les eaux de La Rive, il est l’heure de rentrer.

Pas capot mais une petite amertume de ne pas avoir pu sortir d’autres fishs tout de même.
Les conditions n’étaient vraiment pas réunies. Les lieux sont vraiment sympas et pour une première, j’ai été content de participer à cette opération. Un petit bémol sur la propreté des berges, bien qu’ayant ramassé le plus gros autour de moi il m’aurait fallu un semi !! Mais c’est une autre histoire…

J’espère si le temps me le permet repasser avant l’interdiction totale de la pêche et y voir ou revoir certains d’entre vous, A+

M@tt

Interview d’un Pêcheur Sauveteur Adrien Chausse

Adrien UNCL

Tout d’abord peux-tu te présenter ?

J’ai 20 ans, je m’appelle Adrien, je suis domicilié sur la commune de Sorbiers, je suis des études en BTS Gestion et maîtrise de l’eau. Ma passion pour la carpe a commencé dès l’âge de 13 ans, je pêche plus particulièrement dans les étangs, un peu la Loire, et quelquefois en barrage. J’ai participé à quelques occasions à des enduros de pêche pour mieux connaître le milieu de la carpe ; mais l’essentiel pour moi de cette passion, c’est partager ce moment avec des amis carpistes au bord de l’eau.

Comment as-tu pris connaissance de ce sauvetage sur le barrage de soulage, et que représente ce geste pour toi ?

Je l’ai appris par un de mes amis proches, j’ai aussi découvert cela sur le site Facebook ou j’ai rejoint dans la foulée l’évènement. C’est un élan de solidarité annoncé dans les médias pour une passion commune, dont le but est de sauver un maximum de carpes de la vidange proche et d’une mort certaine. Il est vrai que dans le barrage de Soulage se trouve des carpes de souche et qu’il serait dommage de les voir s’éteindre de cette manière si brutale, tout à la faute de l’homme et de son évolution.

Les sauveteurs en action de pêche ....

Les sauveteurs en action de pêche ….

Quelle est ta technique de pêche sur ce plan d’eau avec les conditions climatiques actuelles et qu’utilises-tu comme appâts et comme amorçage ?

J’utilise un montage nylon 40 centième avec un bas de ligne en leadcore d’environ 60 cms, avec des plombs compris entre 75/100 grammes du au faible courant du barrage, je termine avec un bas de ligne en fluorocarbone en nylon 35 centième, hameçon N°5.

Pour ce qui est de mes appâts, j’utilise de la bouillette et de la graine. Je prends des bouillettes d’un diamètre de 20 et de 12mm, parfums Monster crabe et Moule écrevisse à base carnée. Pour l’amorçage je me suis servi d’un mélange de graines, tiger nut, cacahuète et maïs. Je précise que préalablement je suis venu amorcer la zone pêchable deux trois jours auparavant afin d’optimiser ma pêche sur le coup. Au fil de ma session, je réamorcé faiblement par des micros amorçage.

Pêche de la carpe dans le département de la Loire 42


Comment trouves-tu cet élan de solidarité entre carpistes pour sauver ces poissons, en collaboration avec le forum UNCL dirigé par Christophe Courtois et le collectif de l’Union Nationale des Carpistes Libres » ?

Pour ma part, c’est une très bonne idée de défendre une cause pareille, j’en ai entendu parler sur la toile, plus précisément sur le forum du Gardon forézien entre autres. On peut remarquer au fil des jours, un élan de solidarité entre les sauveteurs de la liste de soulage, tout le monde communique, échange des infos, fait connaissance et partage ensemble cet évènement, en bref toutes les valeurs sont réunies pour mener à bien cette mission commune.

Ce sauvetage est arrivé à temps, les instances et associations ont su travailler ensemble, et éviter que cela soit « brouillon », même si cela ne fût pas simple et de tout repos au démarrage, tout le monde a mis la main à la pâte et nous nous en sortons jusqu’à maintenant très bien ensemble dans les démarches, mais aussi sur le terrain afin d’essayer de sauver un maximum de carpes.

Attention sauvetage de carpes UNCL 1

Que penses-tu de cette vidange meurtrière tardive, et de ce « je m’en foutisme » de certains élus locaux et nationaux ne voulant pas lever le petit doigt pour sauver cette population piscicole vieille de 40 ans ?

C’est aberrant de voir que de nos jours, certains de nos politiques locaux ne souhaitent pas lever le petit doigt et investir de l’argent dans cette réfection de mur de barrage sans pour autant mettre la vie en danger de ces cyprinidés et autres poissons qui se croisent dans ces lieux depuis près de quarante années. Le bizness n’est pas le même dans le monde de la pêche que comme dans le monde du football où l’on investit des milliards et c’est bien regrettable pour nous passionnés. Était-ce la bonne solution de vider entièrement le barrage ? N’y avait-il pas mieux à faire ? Que va donner cette pourriture cet été au niveau écologique ? Plein de questions que l’on se pose jour après jour.

Vue du barrage de Soulage (42)

Vue du barrage de Soulage (42)


Est-ce que vous pensez qu’il y aura possibilité de sauver d’autres poissons en fin de vidange, et que cela pourrait être bénéfique pour toucher un max de poissons ?

Ce serait une bonne chose de pouvoir essayer jusqu’au dernier moment de sauver un maximum de poissons, mais malheureusement les hauts fonctionnaires se couvriront à interdire la pêche totale en cas d’accident grave ou mortel afin de se couvrir ! Quoi qu’il arrive ceux-ci trouveront le dernier mot dans notre démarche car le pouvoir est toujours vainqueur ! La suite ne prévoit rien de réjouissant et ça ne sera pas beau à voir, en attendant faisons le maximum pour sauver quelques beaux poissons trophées !

Un grand merci à toi Adrien pour ton accessibilité et pour cette interview …

Interview réalisé en immersion totale par Fab42131…